Au fait... mon téléphone

Cela fait longtemps que je n’ai pas parlé de mon téléphone. J’ai connu les années très hétérogènes où chaque constructeur proposait son système d’exploitation. Puis est arrivée l’ère de la consolidation avec iOS sur iPhone et surtout Android. C’était logique et attendu par le marché. Et nous a permis d’avoir les smartphones hyper puissants et… hyper-couteux d’aujourd’hui. Moi j’ai toujours la nostalgie de cette époque pour sa diversité que ce soit des équipements ou des systèmes d’exploitation mobiles. C’est aussi mon goût du chaos qui parle et le fait avéré que je suis vieux.

Aujourd’hui tout téléphone est rectangulaire, le plus plat possible et le constructeur se démarque par deux éléments :

  • la noblesse des matériaux utilisés (donc le positionnement en prix),
  • une décision cornélienne : le style des coins : carrés ou arrondis ?

Quelle prise de risque ;-) Mais où sont enterrés les téléphones à clapet et les systèmes exotiques ? Au fait, qui a eu un téléphone Bosch avec une fonction thermomètre (d’ambiance hein pas médical, le téléphone n’était pas IP6x) dans les années 2000 ? Moi : +1

Mon premier smartphone fut un Nokia E61i. Il m’a beaucoup marqué, le système Symbian c’était cool et facilement bidouillable. Puis j’ai rêvé d’avoir un N900 avec Maemo, un système GNU inside avec un système Debian-like. le Libre allait étendre son emprise sur le monde de la mobilité. J’ai raté le cocher pour l’acheter, Nokia a jeté Maemo (leur plus grosse erreur), fin du rêve. Du coup j’ai rejoint le train Android avec un Motorola Milestone (coulissant avec clavier). Un bilan a été mitigé : toutes les applications du monde mais un système alors peu stable (c’était la 2.0) puis j’ai eu un ras le bol croissant de voir des téléphones semblables sortir chaque semaine avec le même OS. Je parle des années 2009-2011 quand Android a littéralement inondé le marché. Et pendant cette période, il m’apparaissait de plus en plus clairement que Android basé sur Linux c’est cool, mais Google, icône du Web à mes yeux depuis 15 ans, c’était de moins en moins cool pour la protection de sa vie privée.

Une envie de voir autre chose et une fixation sur les claviers physiques car je suis une quiche en tactile m’a amené chez BlackBerry pour un modèle Bold 9780. Là j’ai retrouvé un OS beaucoup plus rustique, non tactile mais avec une richesse fonctionnelle qui mettait loin derrière Apple et Google en 2012. J’ai poussé ce téléphone dans ses retranchements et il ne m’a jamais trahi dans ma période de grand voyageur. Il est encore en état mais la batterie est fatiguée. Il a donc été décidé de le changer au printemps dernier.

J’étais tenté par Firefox OS mais il n’y avait pas encore de téléphone disponible en France. Mon inquiétude concernait les fonctionnalités. Mon mobile me sert aussi professionnellement donc un niveau minimum de fonctionnalité m’est nécessaire : point d’accès 3G, GPS (hors ligne et en ligne), calendrier partagé, accès à des bases de données de mots de passe Keepass , copier-coller intensif entre les applications. C’était encore un peu tôt pour Firefox OS.

Hors de question de partir sur Android et de jouer à degoogler l’appareil. L’iPhone est trop bridé. J’ai pensé à Windows Phone… marrant car Microsoft ce devrait être le mal pour un linuxien ;-) Mais le fait est que leur système est fluide, bien optimisé sur du matériel d’entrée/moyenne gamme. Certes il faut un ID Windows pour accéder au Store mais on n’a pas tout un écosystème imposé. Je me suis dit “pourquoi pas” puis je me suis intéressé au nouveau système BlackBerry 10 de RIM et j’ai replongé pour un téléphone 4G à clavier physique et écran tactile à moins de 200 euros, le Q5. Mon propos n’est pas d’en faire l’article mais de souligner que c’est un bon rapport qualité / prix et que le système BlackBerry 10 est intéressant et très bien conçu en reprenant les bonnes idées du passé, en repensant ingénieusement les gestures tactiles au lieu de copier ses concurrents: le système est basé sur le rachat de QNX et il a été développé en moins de 3 ans pendant une période où la société était à deux doigts de mettre la clef sous la porte. C’est une belle réussite technologique et humaine.

Ce téléphone répond à toutes mes attentes donc je suis paré pour un moment. Et je continue à suivre de près l’actualité de Firefox OS, les sorties de nouveaux modèles et les expérimentations (quelle application pour faire ceci, comment compiler la nouvelle version du sytème) dans la zone Entraide Libre de Blog Libre. Dans 2 ou 3 ans, je ne doute pas que le choix des téléphones Firefox OS sera étoffé, que le système sera plus riche et Firefox OS sera une option évidente pour moi, en accord avec mes convictions.

jo - 2014-11-14 22:51:00

leclerc vend des zte openc avec firefox os depuis plusieurs mois deja.

c pas si facile à bidouiller, compilation tout ca. mais c possible!

Cédric - 2014-11-17 12:19:35

Moi, j’ai acheter un oneplus one…

Facile de désactiver dans CyanogenMod les applications Google (pas de les virer mais bon, moi, tant que rien ne tourne pas en tache de fond, que je les vois plus, ça me suffit)…

Je n’utilise que des applis libre avec f-droid, ca me suffit.

Votre commentaire
Le site Web est optionel
Le message peut être rédigé au format Markdown