Changement d'adresse

Le blog a pris son envol et il a désormais son propre nom de domaine : https://blogduyax.fr

Tmux et MSYS2

Toujours condamné aux logiciels de l’éditeur de Redmond dans le milieu professionnel, je suis un fidèle utilisateur de MSYS2, un Cygwin auquel on a greffé Pacman… pas le mentos jaune mais le gestionnaire de paquet de ArchLinux. Mais pourquoi faire un truc pareil me direz-vous ? Et bien pas seulement pour le plaisir de la ligne de commande ! L’interface d’installation et mise à jour des paquets Cygwin ressemble à ça :

Hugo et les URLs

J’ai publié le dernier article avec un accent dans l’URL : https://blogduyax.madyanne.fr/2019/bilan-h%C3%A9bergement-2018/ Le moteur de blog Hugo compose lui-même l’URL à partir du titre de l’article. C’est commode mais toujours heureux. Et le temps que je m’en aperçoive, trois commentaires avaient été postés sur l’article. Que fait-on quand un a bug non corrigé par manque de temps fainéantise dans son système de gestion de commentaires ? on corrige le bug on modifie l’URL de l’article La première option est trop dure un vendredi soir donc j’ai opté pour la seconde.

Bilan hébergement 2018

Voici un rapide état de l’hébergement et des changements survenus l’année dernière. Mon serveur est toujours chez Online mais j’ai troqué ma Dédibox Start avec 1 téra de disque SATA contre le modèle avec 120 giga de SSD et je sens vraiment la différence sur la latence des services Web. Je ne m’étends pas sur la migration de OpenBSD vers Proxmox puis Docker en 14 mois, largement décrite ici et là.

Sarah Connor ?

Quels voeux pour cette nouvelle année ? Rien ! Du moins rien d’annoncé à la cantonnade aux proches, mes voeux les plus chers restent à l’intérieur, bien enfouis comme si cela augmente leurs chances de se réaliser. Depuis 10 ans, je me sens dans la tête de Sarah Connors, vous savez l’héroïne de Terminator, celle qui sait que le monde va basculer, et qui s’y prépare pendant les années qui restent pendant que le reste du monde continue à tourner.

Retour sur la migration vers Docker

Ce ne sera pas un scoop car j’ai distillé l’information à travers mes derniers articles : j’ai transformé mon serveur de virtualisation en serveur de containers Docker depuis quelques mois. C’est l’occasion de faire un bilan en listant ce qui a bien fonctionné mais aussi ce qui a posé problème, et les avantages et inconvénients d’un serveur de containers. Au préalable, je n’utilise pas Docker dans un contexte professionnel mais pour héberger mes services personnels.

Il court, il court, le furet

Il court, il court, le furet… ça résume à peu près mes semaines en ce moment. Le thème de celle-ci (oui j’ai des semaines à thème) est la vente d’électro-ménager sur le site du Bon Coin (à ne pas confondre avec le bon sens près de chez vous) pour cause de rénovation. D’ailleurs si quelqu’un veut un frigo pas cher qu’il me contacte ;-) Mon expérience passée des annonces m’a définitivement vacciné d’afficher mon téléphone ou mon e-mail principal.

Installation d'un serveur de containers

Plus des notes techniques pour ma mémoire défaillante qu’un véritable article, je vais compiler les étapes d’installation d’un serveur de containers. Quel système d’exploitation ? j’ai envie de dire on s’en cogne mais il est préférable de choisir une distribution poussée par Docker pour se simplifier la vie ; ce sera donc Debian 9 Stretch supportée sur Dedibox. J’installe donc via l’interface d’administration Online. Je choisis le mot de passe root, le compte utilisateur et son mot de passe.