Protégeons notre vie privée

Framasoft fête les 3 ans de sa campagne Dégooglisons Internet. Le nombre de services alternatifs aux GAFAM, libres et respectueux de la vie privée, a grossi ainsi que le nombre d’utilisateurs. Comme ils l’expliquent eux-mêmes, le but n’est pas de devenir un hébergeur professionnel mais plutôt de servir de catalyseur pour que les gens prennent conscience qu’il y a une autre voie, décident de se libérer et auto-hébergent leurs services s’ils le peuvent ou aient recours au tissu associatif à travers le collectif des Chatons par exemple.

Sécurité des données, focus sur Nextcloud

En 2007, j’ai ouvert un compte Dropbox avec l’offre gratuite de 2 Go. J’avais parrainé des collègues et des amis pour gagner de l’espace de stockage. Oui je le reconnais, j’avais vendu des amis au GAFAM contre quelques octets : mes parrainages compromissions m’avaient permis d’atteindre 6 Go de stockage… Vertigineux ;-) A cette époque, ma fibre libriste était encore latente, j’étais fier d’avoir autant d’espace et je m’en servais pour partager des photos avec la famille.

L'e-mail n'a jamais été aussi important

En lisant les réactions enflammées des utilisateurs de OpenMailBox qui ont, à juste titre, l’impression d’avoir été pris pour des jambons, on réalise que cet e-mail, dont on annonce régulièrement la mort prochaine mais sans avoir de remplaçant, est encore plus important qu’auparavant. Pour beaucoup de la nouvelle génération, c’est un moyen de communication dépassé et ils ont tendance à créer des e-mails en pagaille pour s’inscrire sur des sites mais pas spécialement pour communiquer.

Performances, Golang à la rescousse

Dans l’article précédent j’ai optimisé le système de gestion des commentaires Stacosys en : remplaçant le serveur HTTP de Flask par Sanic, un serveur HTTP Python tirant parti des capacités asynchrones de Python 3.5 et multi-processus (plusieurs workers) ajoutant un cache mémoire à la partie de l’API de Stacosys qui récupère le compteur de commentaires d’un article J’ai terminé sur une performance bien améliorée : plus de 11000 requêtes traitées en 1 minute un temps de requête moyen de 1,3 seconde une répartition du temps de traitement entre 81 ms et 18 secondes (assez élevé) 171 des requêtes (soit 1,5 %) avec un temps de traitement supérieur à 10 secondes L’architecture avec Sanic ressemble à ceci :

Flux RSS et esprit libre

J’ai réalisé que mon flux RSS est tronqué depuis ma migration sous Hugo et je viens de corriger le tir. Loin de moi l’idée de forcer les gens à venir sur le blog pour lire l’article en entier et ainsi gonfler mes statistiques (ridiculement basses) ou flatter mon égo. Mea culpa auprès du Planet Libre aussi d’avoir fourni un article tronqué. En cherchant des informations pour définir mon flux RSS correctement je suis tombé sur le blog d’un anglophone, appelons le Jim, qui dénonce le choix du développeur de Hugo d’avoir insidieusement glissé le passage d’un flux complet à un flux partiel au détour d’une version, sous le fallacieux argument que c’est ce que veulent la plupart des utilisateurs.

Performance Python Web

J’ai terminé l’article précédent en évoquant le système de gestion des commentaires Stacosys et sa mise en place sur le blog propulsé par Hugo. Il est installé sur le même serveur que le blog mais il pourrait tout à fait être déporté car le blog statique interagit avec lui par du code JavaScript qui envoit des requêtes RESTful afin de : récupérer le nombre de commentaires d’un article récupérer les commentaires d’un article soumettre un nouveau commentaire Avant de migrer vers Hugo, les commentaires étaient visibles seulement à l’intérieur des articles.

Migration du blog sous Hugo

J’ai remplacé le le moteur de blog statique Pélican par Hugo et à vrai dire, ce n’était pas prévu. Un peu cloué par le rhume pour le week-end, j’ai suivi la recommandation du médecin de rester tranquille. La cervelle fonctionnant encore un peu, j’ai consulté ma liste de projets pour l’année, vous savez cette liste mi-voeux / mi-résolutions qu’on établit en début d’année. En bonne place, j’avais noté “apprentissage ou perfectionnement dans un langage informatique”.

Deux installations de OpenBSD

Déjà un peu évoqué sur Diaspora, j’ai migré mon serveur vers OpenBSD depuis deux mois à une période où les planètes étaient alignées : j’avais du temps et l’envie, et aussi une revanche à prendre suite à une installation ratée l’année dernière sur mon portable. Les BSD m’intriguaient depuis longtemps, plus spécialement OpenBSD et j’avais commencé à regarder et apprécier la qualité de la documentation et j’avais l’image d’une petite communauté qui prend le temps de réfléchir, de bien faire les choses sans céder aux sirènes de la mode, en maintenant un cap : la sécurité avant tout et le KISS.