Installation d'un serveur de containers

Plus des notes techniques pour ma mémoire défaillante qu’un véritable article, je vais compiler les étapes d’installation d’un serveur de containers. Quel système d’exploitation ? j’ai envie de dire on s’en cogne mais il est préférable de choisir une distribution poussée par Docker pour se simplifier la vie ; ce sera donc Debian 9 Stretch supportée sur Dedibox. J’installe donc via l’interface d’administration Online. Je choisis le mot de passe root, le compte utilisateur et son mot de passe.

Spam des commentaires

Pour lutter contre le spam dans les commentaires du blog, j’ai opté pour la simplicité dès le début parce que l’audience est restreinte, que je ne veux pas compliquer la vie des lecteurs avec des systèmes de captchas (de plus en plus illisibles d’ailleurs) et que je veux préserver l’accès au blog sans JavaScript pour les durs, les vrais, les tatoués ;-) Ma naïve défense est basée sur un pot de miel : un champ caché dans le formulaire de saisie de commentaire, invisible pour l’humain normalement constitué, qui ne peut donc être rempli que par un bot qui analyse les pages HTML.

Proxmox, NAT et DHCP

J’ai eu beaucoup de retours à mon dernier article qui ont alimenté ma réflexion et m’ont permis de clarifier mon objectif avec mon serveur Proxmox. J’ai décidé de pousser plus loin avec les containers LXC, de ne pas utiliser Docker sur le serveur mais d’améliorer certains aspects de mon installation : containeriser ce que j’ai installé directement sur l’hyperviseur (que ce soit par flemme, pour aller vite ou par manque de connaissances) et automatiser le déploiement de certains containers pour faciliter une éventuelle migration et me permettre d’installer un environnement de test local.

Hébergement et taille de containers

Dans le prolongement de mon article “Choix du système pour s’auto-héberger”, je peux faire un bilan des 6 mois écoulés avec mon hébergement à base de containers LXC avec la distribution Proxmox. Commençons par les avantages Le passage d’une installation monolithique à une installation containerisée avec des services répartis dans une dizaine de containers donne la flexibilité de choisir le meilleur outil pour chaque tâche : les micro-services Python se contentent de containers Alpine ultra-légers (64 Mo de RAM).