Rovio va mal et c'est mérité

En 2010 j’achetais un Motorola Milestone sous Android 2.1 Eclair. C’était mon premier (et dernier à ce jour) téléphone sous ce système et aussi mon premier tactile. Un bel object de type slider avec un clavier physique qu’on pouvait sortir en mode paysage. J’ai utilisé beaucoup d’applications sur ce téléphone et aussi testé quelques jeux. Etant plutôt un joueur PC, les quelques jeux qui me plaisaient étaient ceux réellement pensé pour le tactile et pas les portages appauvris de jeux PC ou console existants, peu jouable en tactile sur un écran de 4”.

Angry Birds, de l’éditeur Rovio faisait partie des réussites : simple, coloré, humoristique et une gestuelle tactive intuitive (tendre un lance- pierre et viser) qu’un enfant de 6 ans pouvait s’approprier en quelques minutes. On devait lancer détruire un certain nombre de cibles avec un nombre d’oiseux limité pour réussir un niveau. Si les munitions étaient épuisées, on recommençait le niveau entièrement. Les programmeurs se rénuméraient en faisant défiler des bandeaux de publicité en bas de l’écran et pour quelques euros on pouvait acheter une version sans publicité. je trouve le système de monétisation équitable.

Au Noël dernier, on m’a offert un bel object : une tablette Lenovo Yoga 8”. Moi qui dépannait de temps en les téléphones ou tablettes des autres, installant un Cyanogen par ci par là, je me suis retrouvé à redécouvrir le système Android et constater les avancées de la version 5.0. La puissance du matériel est sans commune mesure avec les équipements de 2010, les chipsets graphiques ont des capacités 3D et le système s’est amélioré : plus stable, plus abouti. On a évolué mais il n’y a vraiment pas de quoi se perdre : il y a toujours une boutique d’applications, on pioche dedans en regardant d’un oeil suspicieux les permissions demandées par l’application qu’on veut installer et on refuse le cas échéant : il est exagéré de demander l’accès aux contacts pour une application de Météo ? ;-)

Bref cette tablette a progressivement supplanté mon téléphone pour accéder à Internet, lire mes flux RSS, me tenir au courant, voir des vidéos. Puis j’ai testé quelques jeux et là c’est la désillusion. Beaucoup de jeux exigent un compte Facebook ou Google+ pour sauvegarder ses parties sous couvert de sociabilisation. Est-ce que je ne peux pas me faire une partie sans que le reste de la planète soit au courant et sans comparer mon score avec mes amis (une variation sur le thème de qui pisse le plus loin) ? Je n’ai pas de compte Facebook ni de compte Google+ (et aucun projet d’en ouvrir un ce siècle-ci) donc ces jeux ont été désinstallés directement.

J’ai lu que Angry Birds 2 battait des records de téléchargement, la nostalgie m’a étreint et j’ai vite téléchargé la version pour voir ce que la licence est devenue. Je n’aurais pas dû me précipiter… Après avoir cliqué 2 fois sur annuler, j’ai pu esquiver la création du compte Google+ et démarrer le jeu. Un tutorial explique comment tendre le lance-pierre et affiche la trajectoire optimale des tirs en pointillé sur l’écran (on s’adresse visiblement aux enfants de 3 ans). Au troisième niveau, les pointillés sont toujours là. Peut-être que je suis en mode très assisté ou peut-être que le tutorial est très long. Je n’aurais pas la réponse car je bute en essayant des trajectoires de lancer loufoques et j’épuise mes munitions. J’ai échoué mais je ne recommence pas le niveau, on me propose de regarder une vidéo pour regagner un oiseau. Bon 30 secondes de publicité c’est long et ça coupe bien la partie mais allons-y et supportons ! Pour tester, je gâche volontairement ma munition. On me propose d’acheter des points parmi un choix de packs de 1 euro pour 80 points à 100 euros pour 11300 points. Ah ok, je vient de découvrir les achats In Apps :-(

Je décline et je recommence au début avec 3 pauvres oiseaux. C’est insuffisant pour réussir donc le plan B pour obtenir des munitions supplémentaires c’est… attendre. Bonne idée, ça ne frustre pas du tout le joueur qui avait juste 15 minutes pour… jouer justement ! Au passage vous aurez remarqué qu’on ne peut plus jouer offline. Donc on ne joue plus quand on veut ; Rovio décide de vous enlever la manette et vous envoie promener (à moins de sortir le porte-monnaie). Je sais que les achats In Apps sont devenus la principale source de revenus des éditeurs. Mais soyons sérieux : dans un jeu de style RPG en Free To Play, qu’on puisse améliorer son personnage en mettant la main à la poche car on est pressé ou pas très bon (rayez la mention inutile), je comprends. Mais qu’on saucissonne les temps de jeu d’un Angry Birds, c’est un mépris total des joueurs qu’on prend pour une pompe à fric. Et qu’on essaie de se rattraper en abaissant la difficulté du jeu aggrave le sentiment d’être pris pour une truffe.

Je me suis fait plaisir sur le titre Rovio va mal et c’est mérité mais le problème ne concerne pas que Rovio, loin s’en faut. Le paysage du jeu vidéo sur mobile a beaucoup changé en 5 ans. Au lieu d’avoir une relation équitable avec des jeux de qualité, des développeurs correctement rénumérés et des joueurs fidèles à une licence, des gros éditeurs ont décidé d’inonder le marché avec des nouveaux titres en permanence mais peu d’innovation, et beaucoup de monétisation qui gâche le plaisir du joueur. Au final, le joueur a changé de comportement : il débourse peu et il zappe entre les nouveautés sans réellement s’amuser. On peut lire dans cet article que malgré les 50 millions de téléchargement du titre Angry Birds 2, Rovio se porte mal et va licencier 260 personnes. Ils ont joué la carte de grossir démesurément mais ils ont oublié que les joueurs sont leurs clients. Et quand on méprise ses clients on mérite de mettre la clef sous la porte.

Votre commentaire
Le site Web est optionel
Le message peut être rédigé au format Markdown